Ques­tions

 

Quels sont les frais d'entretien des pompes BADU ?

Les pompes BADU ne néces­sitent en règle géné­rale aucun entre­tien. Pour garan­tir un débit constant et une bonne fil­tra­tion de l'eau de la pis­cine, vous devez seule­ment net­toyer le panier de pré­filtre à inter­valles régu­liers, Un contrôle visuel rapide de temps à temps - c'est tout.

 


 

Com­ment hiver­ner ma nage à contre-cou­rant ?

Les nages à contre-cou­rant inté­grées sur les pis­cines exté­rieures sont faciles à pro­té­ger contre les risques de gel pen­dant l'hiver. Abais­sez le niveau d'eau de votre pis­cine jusqu'au bord infé­rieur du rac­cord d'aspiration. Démon­tez la pompe et sto­ckez la dans un endroit sec. Lais­sez les vannes ouvertes à moi­tié, afin que les espaces inter­mé­diaires se vident.

 


 

Com­ment hiver­ner ma pompe ?

C'est très simple. Videz la pompe, séchez la et sto­ckez la dans un endroit hors gel. Pro­té­gez la avec un chif­fon de la pous­sière.

 


 

Com­ment hiver­ner le chauf­fage solaire de ma pis­cine ?

Vous devez vider les pan­neaux solaires en fin de sai­son de bai­gnade, pour évi­ter les dom­mages liés au gel. Avec des pan­neaux sur toits plats ou toits incli­nés jusqu'à 30° ouvrez les connec­teurs et rele­vez indi­vi­duel­le­ment les pan­neaux pour un écou­le­ment total de l'eau.

 


 

Com­ment fonc­tionne le contre-lavage du filtre à sable ?

La plu­part du temps l'eau des pis­cines est trai­tée par un filtre à sable. Ceux-ci doivent être net­toyés régu­liè­re­ment, pour dis­per­ser le lit de sable et éva­cuer les impu­re­tés fil­trées dans les égouts. Des vannes 6 voies gèrent les dif­fé­rentes fonc­tions et sont action­nables manuel­le­ment. La vanne élec­tro­nique de contre-lavage de la BADU Omni­Tro­nic gère cette fonc­tion de façon beau­coup plus simple et confor­table - tout est entiè­re­ment auto­ma­tique.

 


 

Les pro­duits BADU sont-ils cer­ti­fiés ?

SPECK Pum­pen contrôle régu­liè­re­ment tous ses pro­duits et les fait, en outre, tes­ter par des orga­nismes indé­pen­dants. Les diverses marques d'essai et de cer­ti­fi­ca­tion actuelles confirment le haut niveau de sécu­ri­té et de qua­li­té. Une tech­no­lo­gie de pointe, des normes et une sécu­ri­té éprou­vée sont nos marques de fabrique. Vous trou­ve­rez les sigles CE, GS sur les pro­duits BADU. Nous vous four­nis­sons volon­tiers des infor­ma­tions plus détaillées concer­nant ces marques offi­cielles.

 


 

La pompe doit-elle être arrê­tée lorsque la vanne "6 voies" est action­née manuel­le­ment ?

Nous recom­man­dons d'éteindre la pompe afin d'éviter une sur­pres­sion dans l'ensemble et de faci­li­ter la mani­pu­la­tion.

 


 

Com­ment remettre en ser­vice ma pompe qui n'a pas fonc­tion­né pen­dant long­temps ?

Après une longue mise à l'arrêt (par ex. pour l'hiver), véfi­fiez le bon fonc­tion­ne­ment de votre pompe avant de la mettre en ser­vice. Faites tour­ner légè­re­ment l'arbre de la pompe avec un tour­ne­vis. Si le moteur est res­té pen­dant des mois à l’arrêt, vous sup­pri­mez ain­si le blo­cage. Si votre pompe, suite à cela, est tou­jours dif­fi­cile à démar­rer ou pro­duit des sons inha­bi­tuels, faîtes la contrô­ler par un spé­cia­liste.

 


 

Com­ment puis-je déter­mi­ner la bonne pompe et le bon­mo­dèle ?

Chaque pro­duit BADU a sa propre clas­si­fi­ca­tion qui se trouve géné­ra­le­ment sur la plaque signa­lé­tique de la pompe. La plaque signa­lé­tique contient toutes les infor­ma­tions impor­tantes.

 


 

Où puis-je ache­ter les pro­duits BADU ?

Les pro­duits BADU ne sont dis­po­nibles que chez les reven­deurs spé­cia­li­sés. Vous pou­vez trou­ver une entre­prise près de chez vous par exemple ici.

 


 

Quelles sont les pièces d'usure ?

Les pièces d'usure sont tous les élé­ments d'étanchéité et tour­nants d'une pompe tels que la gar­ni­ture méca­nique, les joints toriques et plats, la tur­bine et les rou­le­ments à billes. Les pièces d'usure ne sont pas prises sous garan­tie, car en uti­li­sa­tion nor­male une usure méca­nique, phy­sique ne peut être évi­tée - comme lorsque vous chan­gez les pneus de votre voi­ture, lorsqu'ils sont usés.

 


 

Qu’est-ce que c’est une gar­ni­ture méca­nique ?

La zone d’étanchéité de la gar­ni­ture méca­nique com­prend deux sur­faces très lisses et planes résis­tantes à l’usure (des anneaux de car­bure de sili­cone ou de car­bone, par exemple), qui sont main­te­nues ensembles par des forces axiales. La bague de glis­se­ment (l’élément tour­nant) est lié à l’arbre rota­tif pen­dant que la bague oppo­sée (l’élément fixe) est lié au car­ter. Entre les deux sur­faces de glis­se­ment, se forme un fin film d’eau qui sert à lubri­fier et à refroi­dir. Un fonc­tion­ne­ment à sec entraîne la des­truc­tion de la gar­ni­ture méca­nique en quelques secondes. Des joints toriques en divers élas­to­mères sont uti­li­sés comme joints secon­daires.

 


 

Com­ment peux-je chan­ger une gar­ni­ture méca­nique ?

Nous vous recom­man­dons de ne faire exé­cu­ter les répa­ra­tions que par du pro­fes­sion­nel for­mé.

 


 

Pour­quoi la gar­ni­ture méca­nique peut-elle s’abîmer ?

La gar­ni­ture méca­nique est com­po­sée de diverses pièces d’usure. Pla­cée entre le corps de la pompe et le moteur, elle assure l’étanchéité de la pompe en évi­tant que l’eau n’entre pas en contact avec le moteur. Il est nor­mal que, de temps en temps, des gout­te­lettes d’eau suintent de la gar­ni­ture méca­nique. Cela est par­ti­cu­liè­re­ment vrai lorsque la pompe est en fonc­tion­ne­ment. En cas de fuite d’eau per­ma­nente, la gar­ni­ture méca­nique n’est plus étanche.

 


 

Qu’est-ce que c’est un presse-étoupe / une gar­ni­ture de presse-étoupe ?

On peut fabri­quer des presse-étoupes, par exemple, en matière syn­thé­tique supé­rieure comme des tresses en Kev­lar® ou Twa­ron®, PTFE, des tresses en gra­phite expan­sé, des fibres miné­rales syn­thé­tiques ain­si que des fibres d’origines natu­relles comme de chanvre, coton ou de ramie. Les maté­riaux du presse-étoupe sont éga­le­ment livrables au mètre ou comme des bagues d’étanchéité mou­lées et com­pri­mées, qu’elles soient sèches ou impré­gnés en fonc­tion de l’utilisation sou­hai­tée. Les tresses au mètre sont d’abord cou­pés en anneaux de presse-étoupe. Puis on enfonce les anneaux de presse-étoupe autour de l’arbre du moteur et les pressent à l’aide de la bague de presse-étoupe.

 


 

Pour­quoi une pompe auto-amor­çante doit être rem­plie d'eau lors de la mise en ser­vice ?

Le corps d'une pompe auto-amor­çante a besoin d'un mini­mum d'eau afin que des par­ti­cules d'air puissent cir­cu­ler dans la conduite d'aspiration. Vous devez ain­si rem­plir d'eau vous-même votre pompe BADU jusqu'au rac­cord d'aspiration. Si vous ne le faîtes pas, votre pompe peut être endom­ma­gée par un fonc­tion­ne­ment à sec. Vous ne devez pas non plus inter­rompre la phase d'aspiration par un "arrêt/marche" répé­té pour évi­ter que l'ensemble du pro­ces­sus recom­mence.

 


 

Qu'est-ce qu'une pompe auto-amor­çante ?

Une pompe auto-amor­çante peut trans­por­ter de l'air et peut l'évacuer de manière auto­nome de la conduite d'aspiration une fois que le corps de pompe a été rem­pli d'eau pour la pre­mière fois.

 


 

Com­ment mon­ter le tuyau d‘aspiration ?

Dans le tuyau d‘aspiration l’air s’accumule tou­jours au point « plus haut ». Une pompe non auto-amor­çante ne peut pas refou­ler de l’eau au-des­sus d’une « mon­tagne ». C'est pour­quoi les conduites d'aspiration sont tou­jours posées en pente constante par rap­port à la pompe afin qu'aucune « poche d’air » ne puisse se for­mer.

Notes pour les tuyau­te­ries d‘aspiration :

> Adap­ter les sec­tions des conduites d’aspiration au mini­mum au même dia­mètre nomi­nal que le rac­cord d’aspiration de la pompe, ou, si pos­sible, au dia­mètre nomi­nal supé­rieur.

> Veiller à poser le tuyau d’aspiration le plus court pos­sible. Des conduites d’aspiration trop longues pré­sentent des pertes par fric­tion plus éle­vées, d’où une capa­ci­té d’aspiration consi­dé­ra­ble­ment plus faible.

> Tou­jours poser la conduite d’aspiration en mon­tée constante en direc­tion de la pompe.

> Évi­ter impé­ra­ti­ve­ment des fuites (pompes endom­ma­gées, pannes).

> Évi­ter les chan­ge­ments de direc­tions et uti­li­ser le moins de coudes pos­sibles (pas des angles).

> Ins­tal­ler un sou­pape (cré­pine d’aspiration et cla­pet anti-retour) au point plus bas de la conduite d’aspiration.

 


 

A quelle hau­teur une pompe peut aspi­rer ?

La hau­teur maxi­male d'aspiration en théo­rie est 10,33 m et dépend direc­te­ment de la pres­sion de l'air (1033 hPa = nor­mal). Pour des rai­sons tech­niques une hau­teur moyenne d'environ 7 à 8 m a été déter­mi­née. Les pertes de charge dans la pompe, les cana­li­sa­tions et vannes doivent être aus­si déduites de cette hau­teur. Les fac­teurs dépen­dant du fluide comme la pres­sion, la den­si­té, la vis­co­si­té réduisent encore éven­tuel­le­ment la hau­teur d'aspiration maxi­male.

 


 

Que signi­fie le terme « cavi­ta­tion » ?

La chute de pres­sion dans un liquide en écou­le­ment, due par exemple à la résis­tance au frot­te­ment des tuyaux, aux chan­ge­ments de vitesse abso­lue et de hau­teur géo­dé­sique, entraîne la for­ma­tion de bulles de vapeur locales à l'intérieur du liquide lorsque la pres­sion sta­tique chute à la pres­sion de vapeur du liquide. Les bulles de vapeur sont entraî­nées par l'écoulement et se dés­in­tègrent brus­que­ment lorsque la pres­sion sta­tique dans le tra­jet d'écoulement dépasse à nou­veau la pres­sion de vapeur en rai­son d'une aug­men­ta­tion de la pres­sion dans la pompe. Ce pro­ces­sus est appe­lé cavi­ta­tion. La rup­ture des bulles de vapeur est réa­li­sée par des micro-jets et leur forte éner­gie des­truc­tive qui occa­sionne des dégâts au maté­riau lors de leur impact sur la sur­face. Pour évi­ter la cavi­ta­tion, il est donc impor­tant de veiller à ce que la pres­sion soit main­te­nue cor­rec­te­ment. Si la pres­sion d'amorçage, éga­le­ment appe­lée pres­sion sta­tique, tombe en des­sous de la pres­sion requise pour la pompe, il faut au moins éta­blir un équi­libre par des mesures appro­priées. Il convient prendre les sui­vantes mesures :

> Aug­men­ta­tion de la pres­sion sta­tique (ins­tal­ler la pompe plus bas)

> Dimi­nu­tion de la tem­pé­ra­ture du fluide (réduc­tion de la ten­sion de vapeur PD)

> Réduc­tion des pertes de fric­tion et de charge dans la tuyau­te­rie d’aspiration/d’alimentation

> Choi­sir la pompe avec une valeur NPSH (= Net Posi­tive Suc­tion Head) plus faible (en géné­rale : pompe plus grande)

 


Quelle est la signi­fi­ca­tion des divers indices de pro­tec­tion moteur IP ?

Les deux chiffres qui suivent le pré­fixe IP indiquent l’indice de pro­tec­tion d’un pro­duit. La signi­fi­cance des chiffres est indi­quée dans le tableau ci-des­sous. Si l'un des deux chiffres n'a pas besoin d'être indi­qué, il est rem­pla­cé par la lettre X (par exemple « IPX1 »).

Les chiffres IP indiquent la pro­tec­tion qu’offre un pro­duit et les 2 chiffres XX sont rem­pla­çée par le texte sui­vant :

1er chiffre : pro­tec­tion contre les contacts acci­den­tels / les corps étran­gers
2e  chiffre : pro­tec­tion contre l’intrusion d’eau

Indice du 1er chiffre - pro­tec­tion contre les contacts acci­den­tels / les corps étran­gers :

IP0X

Aucune pro­tec­tion contre les contacts acci­den­tels ni les corps étran­gers

IP1X

Pro­tec­tion du dos de la main
Pro­tec­tion contre les corps étran­gers d'un dia­mètre > 50 mm

IP2X

Gar­der les doigts éloi­gnés
Pro­tec­tion contre les corps étran­gers d'un dia­mètre > 12 mm

IP3X

Pro­tec­tion contre les contacts avec les outils
(spé­ci­men d'essai : 12 mm de dia­mètre, 100 mm de long)
Pro­tec­tion contre les corps étran­gers d'un dia­mètre > 2,5 mm

IP4X

Éloi­gner des outils et des autres élé­ments simi­laires
Pro­tec­tion contre les corps étran­gers d'un dia­mètre > 1 mm

IP5X

Pro­tec­tion totale contre les contacts acci­den­tels
Pro­té­gé contre l’intrusion de pous­sières et d’autres rési­dus micro­sco­piques à l’interieur

IP6X

Pro­tec­tion totale contre les contacts acci­den­tels
Tota­le­ment pro­té­gé contre l’intrusion de pous­sières (étan­chéi­té à la pous­sière)

Indice du 2e chiffre - contre l’intrusion d‘eau :

IPX0

Aucune pro­tec­tion contre l’intrusion de l‘eau

IPX1

Pro­té­gé contre les chutes ver­ti­cales de gouttes d’eau

IPX2

Pro­té­gé contre les chutes de gouttes d‘eau en biais
(jusqu’à 15° par rap­port à la ver­ti­cale)

IPX3

Pro­té­gé contre l’eau en pluie
(jusqu’à 60° par rap­port à la ver­ti­cale)

IPX4

Pro­té­gé contre les pro­jec­tions d’eau

IPX5

Pro­té­gé contre les jets d’eau à la lance
(de toutes direc­tions)

IPX6

Pro­té­gé contre les forts jets d'eau de toutes direc­tions à la lance et contre l’inondation tem­po­raire

IPX7

Pro­té­gé contre la péné­tra­tion d’eau lorsque l’équipement est immer­gé dans l‘eau

IPX8

Pro­té­gée contre la péné­tra­tion d’eau pen­dant la sub­mer­sion pro­lon­gée

IPX9 K

Pro­té­gée contre la péné­tra­tion d’eau venant de toutes les direc­tions, même contre le net­toyage du corps à haute pres­sion
(net­toyeurs à haute pression/nettoyeurs vapeur avec buse jet, 80-100 bar)

 

Logo - Speck Pumpen

SPECK Pum­pen Ver­kauf­sge­sell­schaft GmbH
91233 Neun­kir­chen am Sand, Ger­ma­ny

BADU | Aqua­cul­ture

Vous visitez notre site de Etats-Unis (USA). Veuillez sélectionner et confirmer votre pays ci-dessous.

Pays